Chronique ARDISTO - Luc Lhéricel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Chronique ARDISTO - Luc Lhéricel

Message  EGNA le Sam 31 Aoû 2013 - 15:20

Je ne sais pas si la chronique de Luc pour "Ardisto" a été postée déjà... Tant pis ! On révise    



ANGE « Moyen-Age » ARTDISTO « l’autre distribution »



Attention, cet album c’est du lourd et autant je ne m’étais pas vraiment retrouvé dans les 2 précédents CD studio du groupe « le bois travaille même le dimanche » et « souffleurs de vers » que d’ailleurs je n’avais pas chroniqué, autant celui-ci est une superbe réussite. Que ceux qui, se fiant au titre « Moyen-Age », pensent avoir un nouvel « au-delà du délire », rengainent immédiatement leur éternelle nostalgie pour ouvrir en grand leurs oreilles mais surtout leur cœur car cet opus a été réalisé non pas avec un mais cinq cœurs énormes !!!!!!! « Moyen-Age » se compose de 2 parties bien distinctes : en hors d’œuvre quatre titres qui vous mettent d’entrée en appétit : « tueuse à gages » qui ouvre cet album est un morceau d’une puissance destructrice : un rock composé par Hassan Hajdi avec un Christian Décamps qui à bientôt 66 ans ne lâche rien au niveau de la voix, superbe et qui a toujours cette formidable inspiration dans ses textes, il frappe à chaque fois juste quelque soit le thème. Il n’est pas simplement poète c’est un véritable song writer !! Bien sûr, il ne pouvait pas ne pas avoir un hommage à Patrick Roy (disparu en 2011) par son ami angélique et c’est le très émouvant « le premier arrivé attend l’autre » (musique de Thierry Sidhoum) qui s’en charge. Puis vient le premier coup de gueule de l’Ancien « Opéra-bouffe ou la quête du gras » contre la mal bouffe et les drive-in magnifié par un final époustouflant avec un rythme lancinant (dégainé par nos duettistes Benoît Cazzulini qui signe la musique et Thierry Sidhoum) sur lequel survolent les chorus de la guitare d’Hassan. Et puis il y a ce morceau, décalé par rapport au reste de l’album mais je l’adore et le titre « les mots simples » est clair : restons simples « on n’est pas idiot parce qu’on appelle un chat un chat » et cette chanson n’est finalement qu’ « une chanson simple écrite avec des mots ». Cela me rappelle Georges Simenon qui bien qu’ayant écrit une multitude de romans n’a utilisé dans sa vie que 500 mots, simple mais tellement efficace ! Puis vient le plat de résistance « Moyen-Age » avec ses 8 morceaux aux textes flamboyants du Père sur des musiques signées des 4 angelots. Le Moyen-Age qu’évoque Ange c’est le nôtre ici en 2012 : la misère, la faim le retour aux obscurantismes dans « un goût de pain perdu » lancé sur un rythme de galérien obsédant pour poser la question essentielle « qui a roulé dans la farine toute une espèce belle et rebelle ?? » Puis l’aîné des Décamps nous explique au travers «de « Camelote » combien les guerres, les religions et autres catastrophes de notre Moyen Age lui brûlent le cœur et viennent transformer ses rêves en cauchemars. Cauchemars confirmés par le rock qui suit avec son « cri du Samouraï » et cette rythmique signée Hassan Hajdi qui pulse, qui balance et qui cartonnera en live sur la toute nouvelle tournée qui a commencé dès avril dernier. Au fait voici un morceau de bravoure qui va satisfaire sans aucun doute les incurables des années 70, « A la cour du Roi Nombril » démarre par une intro instrumentale de 2 minutes nappée des claviers de Tristan puis Le Père et le Fils vont nous dénoncer tous ces crimes en col blanc, tout ce dédain qu’ont les nantis envers les petits du monde d’en bas. Les textes d’une vérité malheureusement absolue sont d’une violence terrible que les punks du No Futur n’auraient pu renier. Christian nous interpelle alors nous sa Horde, sa Tribu, ses amours afin que nous ne déposions surtout pas les armes. En tout plus de 10 minutes de révolte non contenue.
« Les clés du Harem » est un morceau à ne surtout pas mettre dans les oreilles de quelque intégriste religieux que ce soit où la condition de la femme a notre époque écoeure notre poète : pubis à péage à Dubaï, femmes battues, soumises sur les trottoirs de Bombay tant de filles naissent et meurent au bras d’un prince charmant. Pamphlet à peine « voilé » à  destination des loques qui naissent pour tuer. Benoît Cazzulini nous a particulièrement travaillé un rythme obsédant à grand coup de baguettes sur sa batterie sur « je ne suis pas de ce monde » ne laissant aux autres que l’espace d’un final flirtant entre le solo d’Hassan, les claviers de Tristan et Christian et la voix de celui-ci qui s’envole comme dans un rêve, ce rêve qui va lui permettre de ne plus être de ce monde abject et corrompu. Magnifique !!! C’est d’ailleurs confirmé dans le texte chanté par Tristan cette fois d’  « entre les gouttes» il faut passer entre les gouttes pour retrouver toute la beauté du silence et tirer sa révérence ( à parier que cette chanson sera interprétée sur scène par le Fils tant une fois encore il peut y placer une voix hors du commun ! Puis là encore un final époustouflant mené par un Benoît Cazzulini au sommet de son art, accompagné par les riffs tirés de sa guitare par Hassan. Enfin un dernier « Abracadabra » pour disparaitre au son d’un piano lanscinant dans le ventre de l’imaginaire, ce refuge éternel de l’aîné des Décamps avec là encore un superbe final où chaque musicien a su donné tout son cœur. Un album magnifique travaillé en véritable groupe par nos 5 zicos qui se sont tous éclatés dans cette superbe réalisation. Et comme ce CD est un véritable joyau, il lui fallait à un écrin à sa mesure et Phil umbdenstock s’est mis au diapason du groupe pour nous délivrer un digipack d’une beauté presque irréelle tant dans la pochette avec cet homme en position fœtale dans l’univers que dans toutes les illustrations des textes de Christian. Je vous disais que c’était un chef d’œuvre et un chef d’œuvre c’est un TOUT alors BRAVO et vivement que je puisse encore mieux apprécier en live cette incroyable réalisation.



Luc Lhéricel

_________________


Réveille-toi! Réveille-toi!

http://petitboofy.canalblog.com/

http://egna54.wixsite.com/egna
avatar
EGNA

Messages : 24901
Date d'inscription : 24/04/2012
Age : 63
Localisation : PARTOUT ICI et AILLEURS

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chronique ARDISTO - Luc Lhéricel

Message  Invité le Sam 31 Aoû 2013 - 16:16

Merci GG d'avoir placé ce texte ! (inédit sur la roulotte à mon avis)

Et merci à Luc !!! verygood verygood verygood

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Chronique ARDISTO - Luc Lhéricel

Message  cadavre exquis le Jeu 10 Oct 2013 - 23:46

Critique très pertinente à laquelle j' adhère presque totalement à l' exception de son avis sur les 2 précédents albums que j' ai adoré de mon coté (presque) tout autant que "Moyen-âge".

Merci à toi, Egna pour cette critique ! verygood
avatar
cadavre exquis

Messages : 1770
Date d'inscription : 31/05/2012
Age : 54
Localisation : le corps à Liège (Belgique), l' âme en coulisses d' un rêve !

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chronique ARDISTO - Luc Lhéricel

Message  DD le Sam 8 Mar 2014 - 19:09

Très bonne critique de ce dernier CD.

Seules remarques :

les deux précédents étaient vraiment très bons (le titre Souffleurs su scène était somptueux)
et "le Bois" n'a pas été joué en public en raison de la 40e ...

la tournée de "Moyen Age" se termine samedi avec, bien sûr, Pain Perdu en intro ...

Bon WE.

DD

DD

Messages : 1385
Date d'inscription : 06/05/2012
Age : 59
Localisation : Hauteurs de Liège sur Collioure

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chronique ARDISTO - Luc Lhéricel

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum