Pour les courageux : " le chasseur ivre " même conception que le bateau !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Pour les courageux : " le chasseur ivre " même conception que le bateau !

Message  bubune le Mar 18 Déc 2012 - 15:45

Le chasseur ivre



La plaine somnole encore en ce début d'hiver
L'orée des bois guette l'évanouissement des brumes
Meusiennes, l'Ardenne est proche mystérieuse et fière
Loin de ces cités urbaines, semées de bitume...

Ce jeune chasseur, mais qu'a t-il à rêvasser
Attendri, songeur, accoudé sur son fusil
Pense t-il à sa promise, à sa bien aimée
Il semble ailleurs dans une inconnue galaxie

Ce n'est pourtant que le réveil, de bon matin
Sensément, diable, il n'est pas encore enivré
Il fait pitié, on dirait un tendre lapin
Harassé, penaud, un jour de chasse apeuré

Le souffle du vent lui caresse sa douce joue
Ce vent qui chasse les derniers nuages embrumés
Mais lui reste suspendu à ses songes plutôt flous
De fêtard et de séduisant jeune premier...

Il cuve sa nuit tout en folie et fiévreuse
Alcoolisée, enivrante, riche en émotion
Il laissait aller ses mains plutôt baladeuses
Nonchalamment vider de multiples canons

Il repense à son joyau, à sa fiancée
Au lit depuis belle lurette attendant son heure
Il s'en veut, regrette, il n'a pas pu assurer
Depuis son tôt lever, il ressasse son malheur

Braillements, hurlements, à la houe, à la houe !
Soudain notre rêveur sort de sa léthargie
Un surhumain effort et le voilà debout
Avec peine, il fait le vaillant, prend son fusil

Mon Dieu c'est pas possible, c'est une énorme bête
C'est pour moi, est-ce une femelle, un mâle ?
Vous savez pas vous, mais chasseur, c'est un casse-tête
Surtout aujourd'hui, de quoi en perdre les pédales

C'est un gros, ça c'est sûr, il devient soudain blême
Un mâle largement le quintal, j'ai le droit
De le tuer même si c'est notre bel emblème
Si je réussis, pour sûr je serai le roi

Il ferme les yeux se concentre, imagine
Sa promise l'attendant au retour, attendrie
Il tremble, sur son front la sueur dégouline
Il se dresse, se cale, s'énerve, reprends ses esprits

Le sanglier détale, fonce, il est déjà loin
L'émotion devient à son comble, palpable
La gloire est pour lui, il vise avec le plus grand soin
Sûr de lui, la mine étonnamment confortable

Pan, pan percent la campagne, deux coups suffisent
Deux coups de maître à largement plus de cent mètres
Le sang gicle, par le groin, le héros ne balise
Pas, il jubile, il sait, ressent un fou bien-être

Les autres accourent, affamés, couteaux en main
Car sait-on jamais, pour plus de sécurité
L'animal est rusé, il peut être très malin
Comprenez ! Donc même mort vaut mieux l'achever !

Le spectacle est inhumain, gisant dans son sang
Le brave et innocent animal a succombé
Sans défense, sauf ses seules pattes, il partait perdant
Face aux chasseurs féroces et jusqu'aux dents armés

Ames sensibles s'abstenir, sûr, point dans ce milieu
Masculin, un peu macho, viandard et fêtard
La bande s'apprête déjà à un festin joyeux
Où coulera à flots un bon petit pinard

Notre " héros " s'est évanoui, vite la gnole !
Olive le goupilleux, Bébert dit la bouteille
Ont prévu, eux les anciens ont toujours la fiole
En cas de panne sèche, ou d'une trop longue veille

Le gamin est allongé, on lui ouvre la bouche
Lui fait couler sur la langue du précieux breuvage
Il ouvre les yeux, sourit, tout le monde le touche
Il est sauvé, ça mérite un bon arrosage !

" Tout le monde à la cabane " hurle le président !
C'est un ordre, l'heure de l'apéro est avancée
On va fêter le dépucelage, cet événement
Le premier " gros " de Nicolas, allez, tournée !

Les " couleurs treillis " jaillirent des marais, des bois
Traqueurs crottés, tireurs frustrés, au son des chiens
Dansant une folle farandole de mauvais aloi,
Les mines réjouies se prenant pour des gars biens

Le bar de la cabane est envahi, ça braille
Les rares filles sont prises d'assaut, elles deviennent déesses
Les bouchons sautent volent dans une joyeuse pagaille
On boit, on trinque, et hop une petite main aux fesses !

Dehors les chasseurs bouchers, leurs couteaux aiguisent
Ils vont trancher la viande encore chaude du gibier
Savourant sans gène un bonheur tout à leur guise
Après tout ces bêtes sont nées pour être mangées

La choucroute arrive sur les tables dans une ambiance
De folie, a qui mieux mieux fera le malin
Mimera le tir victorieux du môme en jouvence
Grimacera, boira encore plus que son voisin

L'après midi s'écoule, le vin aussi, " silence " !
Vocifère le chef ! " Je vous interdit de chasser
Cet après-midi, faisons encore plus bombance,
Ze veux vous voir toutes et tous ivres ou bourrés " !

Et notre sombre héros affalé dans le fauteuil
Rotant, hagard, rêvant à nouveau de sa muse
Il la voit, superbe, même si ce n'est que d'un oeil
Arriver, impériale, au son d' la cornemuse

Il sursaute, n'en croit pas son oeil, la belle Lorraine
En sabots exhibant son décolleté gracieux
S'avance, fière et légère vers son prince, aubaine
Lui se levant, royal, pour le baiser fougueux...

bubune

Messages : 67
Date d'inscription : 01/05/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum