Ma maculée conception...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Ma maculée conception...

Message  EGNA le Jeu 22 Déc 2016 - 22:17

youpi Grand temps que je me dévoile ! Voici une partie de ma Vie...Le commencement*!

*Pour en connaître plus il vous faudra attendre l'achèvement de mon "Roman Gothique"; si je l'achève un jour  shoked lol1 (remarquez...On achève bien les chevaux...Alors tout est permis !)

Ma maculée conception  tetine

Tout a commencé donc en demi-teinte. En cette année 1918 -je ne savais pas encore si ma destinée serait française ou allemande- bien lové parmi le stock de fécondité maternelle, entouré de mes hypothétiques demi-frères et demies-sœurs, j’attendais (je ne sais plus si cela était avec impatience) l’ouverture du grand Luna-Park de la glissade ensanglantée. A cet âge ovocytaire, on ne sait pas encore que l’aboutissement de cette dégringolade ne se termine qu’en une seule alternative : mort dans le fond d’une culotte (lingerie fine au mieux) ou rencontre inespérée d’un flagellé avec agrippement in-extremis à la  paroi du précipice. Les années passèrent jusqu’à ce que je m’aperçoive de la diminution régulière de ma fratrie potentielle. Un à un, mes compagnons cellulaires et d’armes, quittaient le nid fécond. Renseignements statistiques pris, je me rendais compte que ces départs se produisaient à quelque chose près tous les 28 jours; avec les potes du nid c'est ce cycle que nous adoptâmes comme calendrier. Ce phénomène m’attristait d’autant plus que les partants ne nous donnaient jamais de nouvelles et nous laissaient là sans renseignement sur ce que serait notre destinée vu qu’il paraissait inéluctable que nous aurions chacun notre tour. Nous « vivions à demie » dans la perpétuelle et angoissante attente du prochain départ. Je reste persuadé, que ma nature anxieuse d'aujourd’hui, résulte de cette période de ma vie où l’aléatoire du présent se combinait au doute du futur. Cependant, mon temps passait et rien d’extraordinaire ne m’arrivait si ce n’est, que par deux fois, durant approximativement neuf cycles, le grand toboggan ne servit plus. Durant ces périodes d’inactivité un véritable séisme se produisait dans notre casbah, notre biotope; les parois de notre cellule subissaient d’énormes déformations et nous nous sentions très vite oppressés. Complètement perturbés par ces phénomènes hors règle qui bouleversaient notre routine quotidienne, nous ne pouvions qu'en avoir crainte et n'en présager que l'approche de notre extinction pure et définitive. Ce pressentiment valut surtout lors du premier séisme qui se produisit environ 350 cycles après notre stockage (coucou sœurette) à , nous fûmes rassurés par la reprise des choses normales après cette brusque secousse ; la seconde, 78 cycles après la précédente (coucou frangin), nous inquiéta beaucoup moins, nous savions que l’ordre pouvait revenir et forts de notre expérience nous nous accrochâmes fermement en se serrant des coudes pas encore développés et en attendant l'accalmie espérée. Il est connu qu’un homme - une femme – averti en vaut deux, pour le coup, à cette époque, le demi-homme que j’étais en puissance en valait un. Sans crier gare mon tour advint, il était 1953 du mois de mai, je glissais ! Je glissais ! Roulais ! Boulais ! A peine le temps de dire han ! Oui ! encore ! Owhhhhh ! Que la tête de con, de ce têtard avec son dard et son casque d’acrosome m’avait niqué l’enveloppe en s’exclamant : « Ah ! c’que t’es bonne ma Fallope. » ; je n’avais qu’une seule envie, celle de remonter pour avertir les copains d’avant du braquemart -traquenard...pardon- qu’on nous tendait ; mais c’est qu’il s’agrippait l’abruti qui m'avait embouti, il s'accrochait tant et tant que j’eus le besoin d’en faire autant pour ne pas basculer, je le fis avec une bonne prise offerte par le mur de mes lamentations, je me souviens, nous - le morpion et mon demi-moi -, gravissions un col dit de l’utérus (il y avait une pancarte). Epuisé, j’attendis. Nous - le morpion et mon demi-moi -nous mélangeâmes, nous divisâmes, nous redivisâmes encore, encore et en corps. Je ne me doutais pas encore que l’adhéré à mon demi-moi et ce dernier allions former mon Moi à part entière, en pleine mère et plein hiver. Rien d'étonnant que je caille en plein été à présent.

_________________


Réveille-toi! Réveille-toi!

http://petitboofy.canalblog.com/

http://egna54.wixsite.com/egna
avatar
EGNA

Messages : 25458
Date d'inscription : 24/04/2012
Age : 63
Localisation : PARTOUT ICI et AILLEURS

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ma maculée conception...

Message  Mandrin3 le Jeu 22 Déc 2016 - 23:22

On attends la suite smile

_________________
    
  

   "Il n est rien de plus beau qu'aimer l autre bien plus qu'on s 'aime soi" ( Damien Saez )

  Mes images de concerts :  Collections
                                             Photos
avatar
Mandrin3

Messages : 16193
Date d'inscription : 24/04/2012
Age : 64
Localisation : Quelque part entre la Terre et la Lune

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ma maculée conception...

Message  Anamchara le Ven 23 Déc 2016 - 2:14

Tiens mon GG en attendant la suite:

_________________


Anamchara, un Ange Celte est passé par là....!
avatar
Anamchara

Messages : 5465
Date d'inscription : 24/04/2012
Age : 54
Localisation : PENVENAN (22)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ma maculée conception...

Message  Anamchara le Ven 23 Déc 2016 - 3:11

& pendant le catharsis de l'Egna:

_________________


Anamchara, un Ange Celte est passé par là....!
avatar
Anamchara

Messages : 5465
Date d'inscription : 24/04/2012
Age : 54
Localisation : PENVENAN (22)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ma maculée conception...

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum